Venise J -4

Encore un post que je ne pensais pas publier sur mon blog quand je l’ai crée. A l’époque, j’allais bien, je pensais parler chiffons, mode, livres, films, vernis à ongles et tant d’autres choses si futiles. Mais voilà, mon blog est mon défouloir pour le moment donc si tu veux sourire et rire, passe ton chemin.

20140411-142116.jpg

A 4 jours d’aller à Venise, tu te dis que je suis en train de profiter de ma dernière journée de taf avec mes élèves, leur souhaiter bonnes vacances tout en pensant à ce que je vais mettre dans ma valise. Ah si seulement…
Non, aujourd’hui j’ai fait mes valises pour être hospitalisée.
J’ai toujours vu le verre à moitié plein et relativiser est mon salut. « C’est bon t’as qu’un Crohn, d’autres ont bien pire et ils font moins de chichis que toi » oui mais y’a un moment où relativiser, on n’y arrive plus.
Hospitalisée… Mes larmes ne se tarissent plus depuis que mon medecin a prononcé ce mot. J’ai lutté pour ne surtout pas en arriver là quand tout le monde me disait de prendre soin de moi. Le crohn je le gère tant bien que mal et je ne le laisse pas mener ma vie. Oui mais voilà, il n’est apparemment plus tout seul à faire la pluie et l’orage dans mon corps en ce moment. Alors parfois il faut être raisonnable et faire ce qu’il faut pour se soigner ou tout du moins trouver ce qui vous rend si mal.
Faire ce qu’il faut aujourd’hui c’est aller à l’hôpital où mon père est décédé, se faire enregistrer aux admissions « les personnes à prévenir en cas d’urgence sont toujours votre père et votre mère ? », faire ce qu’il faut c’est rejoindre sa chambre au même étage, dans le même service à une chambre près où j’avais emmené mon père en décembre, faire ce qu’il faut c’est ne pas hurler quand les gens te disent que ça les rassurent que tu sois hospitalisée parce qu’ils étaient très inquiets, faire ce qu’il faut c’est de ne pas succomber à mon envie de tout péter autour de moi, casser la moindre chose qui passe sous ma main pour me défouler, pour sortir cette colère, cette rage que j’ai en moi. Vous voyez les films où le type pète une durite parce que là c’est trop. Surjoué ? Peu réaliste ? Non tout à fait juste et approprié de mon point de vue en ce moment. Alors faire ce qu’il faut c’est me contenir, ne pas tout envoyer valser les médecins comme mon entourage qui essuie ma mauvaise humeur.
Ne me dites pas que ça va aller, ne me dites pas que c’est qu’un mauvais moment à passer, que c’est pour ma santé. Là j’ai juste envie qu’on ait la rage avec moi, qu’on pète tout avec moi mais surtout pas qu’on me réconforte.
Malgré ma rage, je reste une optimiste et je garde le fol espoir de voir Venise lundi soir…..
#mondor13echambre3

 

Publicités

3 réflexions sur “Venise J -4

  1. Quelle révélation ce que je viens de lire ! Je ne parle pas de la maladie. Je savais. Mais cette écriture ! Quelle puissance ! Je ne sais pas si tu as écrit d’autres textes je ne te connais pas assez. Mais sinon, fais-le. J’achèterai tous tes bouquins ! Je suis fan.

    J'aime

    1. Oh merci Gilbert pour ce compliment qui me touche beaucoup. J’ai toujours eu envie d’écrire sans savoir quoi écrire. Donc je commence avec un blog et on verra après si je me lance dans un bouquin ;)

      J'aime

      1. Alors j’attends avec impatience les articles suivants. Et encore une fois je veux t’encourager à continuer car tu as un véritable talent pour l’écriture. Accroche toi à cette activité qui te fait certainement le plus grand bien. Bises

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s