Injune de A à Z

Plus qu’une semaine à Injune… Difficile de résumer cette ville ce village dans un article et de l’illustrer de manière intéressante. Je m’y essaie depuis que je suis arrivée et renonce finalement à chaque fois. Dernier essai…

Alcohol – Mon aversion pour l’alcool (je travaille gentiment là-dessus ;), ce qu’il représente et engendre comme comportement est en complète contradiction avec l’envie que j’ai depuis longtemps de travailler dans un bar. Pas sur une longue durée mais comme une expérience que je voulais vivre pour la proximité qu’elle confère avec les clients et pour cet univers qui m’a toujours intrigué. Après deux mois passé derrière le zinc, malgré mon envie de renouveler l’expérience dans une plus grande ville, le rapport des hommes à l’alcool me dérange toujours profondément quand il n’est pas modéré. Voir chaque jour, les mêmes personnes revenir, devoir les servir sans n’avoir quoique ce soit à dire,  puis les voir partir en tanguant dangereusement, m’attriste toujours.

IMG_5952 2

Birthday – Il y aura 2 anniversaires célébrés au bar pendant les deux mois que je passerai ici. Le dernier était celui d’une jeune fille de 18 ans qui a eu le droit pour la première fois ce soir-là de boire de l’alcool. Les amendes en Australie sur la vente d’alcool au mineurs sont très dissuasives.

Cemetery – Le vieux cimetière d’Injune comporte une dizaine de tombes à faire froid dans le dos.

P1070437 2

P1070439 2

Dangerous – Parmi les bebettes sympas que l’on peut croiser par ici, il y a les mouches qui l’été venu essaient d’entrer dans le coin de vos yeux à ce que m’a dit Saran et aussi les serpents ! A la nuit tombée, vous ne sortez pas sans votre lampe torche pour traverser le jardin et lors de vos promenade dans la campagne vous oubliez les sandales et le short. Quand on sait que l’espèce la plus répandue ici est aussi la plus dangereuse d’Australie, le Brown snake, on est sur ses gardes. Un spécimen d’un mètre a été retrouvé mort devant le bar un soir.

Emily, Bettina, Melita, Scott, Sue, Char, Saran et Anil – L’équipe avec laquelle j’aurai travaillée pendant deux mois.

Froggy ou The Frog – Mon surnom donné par Gus, un client régulier du bar. C’est un vieux monsieur qui n’a pas sa langue dans sa poche et peut parfois devenir graveleux après quelques schooners de XXXX bitter.

Glasses – Il y a 3 sortes de verres au bar : le schooner (285 ml), le pot (100 ml) et le 7oz (70 ml). Ces appellations changent de contenance selon l’état dans lequel vous vous trouvez en Australie, pratique !

IMG_5955

Hell – Parce qu’ici, il commence à faire aussi chaud qu’en enfer et on n’est qu’au printemps…

Injune railway -Injune était sur la ligne de chemin de fer reliant Roma, la plus grande ville à proximité.

P1070130

Jean (à prononcer comme le jean que vous portez :) – Client régulier du bar, Jean est élagueur. Un jour qu’il était au bar avec sa canette de Great Northern habituelle, il me raconte qu’il s’est pris une branche sur l’épaule et la tête qui l’a mis ko. A son réveil, casque phonique et de chantier étaient éparpillés autour de lui. Il y a bien un médecin à Injune et même un petit hôpital, pourtant Jean est venu se soigner au bar avec un rhum.

Key – La clé de ma chambre. Elle aura été mon repaire pendant deux mois. Depuis que je suis en Australie je me refuse à rester seule dans mon coin et me « force » à aller vers les autres. A Injune, face à un univers qui n’est pas le mien,  je n’ai pas réussi. Quand je suis au bar, je discute facilement avec les clients ou les personnes avec qui je travaille mais une fois la journée terminée, je reste rarement prendre un verre. Cela est surement du au fait que je ne comprends rien à une discussion à plusieurs et au peu d’affinités que j’ai lié ici.

Lighning – Pendant plus d’une semaine, Injune a été la témoin d’orages quotidiens. Nous avons eu des pluies torrentielles, de la grêle, une tempête de sable, des vents très violents, des coups de tonnerre à faire trembler les murs et des éclairs par centaines. Un soir, je ne pouvais compter que 5 secondes entre chaque, parfois moins. Ils éclairaient la nuit et nous faisaient croire que nous étions en plein jours pendant une fraction de seconde. Je n’ai jamais réussi à en photographier un :(

P1070346

P1070254 2

Music – Le premier mois que j’aurai passé à Injune se sera fait en musique. Ma chambre étant juste au-dessus du bar et les murs étant assez fins, je vivais à son rythme malgré les boules quiès. Mais un soir bénit d’orages, une énième coupure de courant a ruiné le juke box et a sauvé mon sommeil !

Nip – ou shot. C’est la dose d’alcool réglementaire. Dans un schooner pas plus de deux shots, dans un pot et un 7oz pas plus d’un.

Oh my god !! – Ma nouvelle expression quand je vois un cafard gros comme mon pouce courir sur le bar. On peut aussi en trouver des moins gros dans la caisse entre les billets, sous les plateaux pour la bière, dans la cuisine de l’hotel mais aussi dans le tiroir à couverts chez Sue. Bref les cafards sont légion ici – mais pas à l’étage de l’hotel où il y a ma chambre, ouf ! Saran, le cuisto, me dit que c’est normal dans le bush… Je parierais plutôt sur la propreté toute relative des endroits de l’hotel où ces cafards pullulent.

Principal – C’est le nom donné aux directeurs/directrices des écoles primaires. J’ai eu l’occasion de visiter l’école d’Injune qui regroupe 80 enfants environ de 3 ans à 14 ans. Les élèves de l’école primaire sont répartis en 4 classes, toutes des doubles niveaux, soit 16 enfants en moyenne par classe, le rêve ! Deux classes se partagent le même palier et sont complètement ouvertes. Toutes les classes ont un tableau numérique et un coin regroupement. Elles sont souvent peu ordonnées et avec beaucoup d’affichage. Ce qui m’a le plus intéressée dans cette visite est la façon dont les enseignantes gèrent les élèves. Il n’y a pas d’injonctions mais des conseils à suivre et si un élève ne respecte pas le règlement, il y’a discussion puis réparation s’il y a lieu. J’ai trouvé les élèves très calmes, attentifs et créatifs.

IMG_6058

Queensland – L’état dans lequel se trouve Injune.

Rum – La boisson la plus consommée dans le bar, le Bundaberg rum. Gus et Jean le prennent comme médicament : « Hey Froggy, a schooner of XXXX Bitter and my medicine please. »

Saran – avec qui j’ai passé six soir sur sept en cuisine. Il y a eu parfois des gros rush comme ce soir de fin septembre où tous les invités d’un mariage ayant eu lieu la veille s’étaient donnés rdv au bar. 80 couverts, deux en cuisine, des gars bourrés qui ne savent plus ce qu’ils ont commandé, des numéros de table perdus et une Jess qui s’est fait les bras et les jambes ce soir-là. Ordinairement, le restaurant est ouvert de 18h à 20h en semaine et 21h le week-end. Ce dimanche-là, nous finirons notre service avec nettoyage de la cuisine et de la montagne de vaisselle compris à minuit ! Ci-dessous les numéro de table que les gens prennent avec eux après avoir commandé et payé leur repas au bar. Ils s’installent où ils le souhaitent ensuite avec leur numéro.

IMG_5947

Trash – Ici les poubelles sont toutes les mêmes, pas de tri sélectif. On trie juste les canettes en n’oubliant pas de retirer les tirettes pour les envoyer à une association qui fabrique des fauteuils roulants. Voilà toute la contradiction de Sue et Scott, la gérante et l’employé principal du pub. Je suis toujours aussi effarée de voir le peu de considération qu’ils ont pour l’environnement. Quand la COP21 est organisée à Paris pour réfléchir aux solutions à mettre en place pour enrayer le réchauffement climatique, au pub d’Injune on met la clim après avoir ouvert toutes les fenêtres du bar puis on met un gilet si on a trop froid et on allume toutes les lumières même si on y voit très bien sans. Chez Sue, on laisse la télé ou la chaine hi fi allumée même s’il n’y a plus personne dans la maison et en voiture on fait le ménage en balançant tout par la fenêtre, de l’emballage en polystyrène de KFC aux bouteilles de bière en verre en passant par les sacs en plastique.

Unemployment – comprenez chômage et plus précisément ici chômage technique. Car autant il y a parfois de sacré rush au bar comme en cuisine mais il y a aussi de nombreux moments où il n’y a pas un péquin ! Au bar, j’arrive à passer le temps sainement en lisant Le Monde mais en cuisine, cela devient plus compliqué étant donné que je peux manger autant de frites que je veux – non j’ai pas grossi !

Vodka cruiser – Le design de ces bouteilles de vodka est clairement destiné aux femmes. Cela a marché avec moi et j’en apprécie de temps à autre une à l’orange.

IMG_5996

What ?! – Le mot que je vais le plus prononcer à Injune ! L’accent australien est fort, celui de l’outback encore plus. Mais ce n’est rien comparé à l’accent australien bourré ou à l’accent australien népalais ! Est-ce que je te parle de l’accent australien du népalais bourré ?

XXXX Gold ou Bitter – LA bière australienne par excellence !

IMG_5950

Yellow – mais j’aurai pu aussi dire pink, blue, purple, orange, red… Autant de couleurs que le ciel d’Injune revêt.

P1070153

P1070184

Zzzz – Ce que j’entends venant de la chambre d’à coté quand elle est occupée. Il n’y a eu qu’un couple dedans depuis que je suis là et heureusement, ils étaient fatigués…

Voilà pour ce petit tour alphabétique d’Injune où le temps sera passé plus vite que je ne le pensais.

– Prochaine article  : Brisbane  –

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s