Bali, un paradis ?

J’ai toujours voulu aller à Bali, lieu idyllique qui me mettait des étoiles dans les yeux rien que d’y penser, THE place to be, eaux turquoises et cocotiers, tout ce dont j’ai toujours rêvé. On m’en avait aussi beaucoup parler comme le lieu paradisiaque que je m’imaginais. Et puis il y avait ceux qui me disaient que oui Bali est un bel endroit mais ne mérite pas la réputation qu’on lui prête. Lors de mon voyage de retour vers la France, je me suis arrêtée deux semaines dans l’idée de profiter de la plage et des massages !

DSCN3056

^ coucher de soleil à Kuta (Bali) ^

– Voyager seule ou à deux ? –

Je voulais à l’origine faire ces deux semaines seule mais c’est finalement en couple que j’ai découvert cette partie de l’Indonésie et c’était tant mieux. Je ne me suis jamais sentie en insécurité à Bali mais je n’étais pour autant pas aussi à l’aise qu’en Australie ou Nouvelle Zélande ou même Kuala Lumpur. La première raison est que c’était la première fois que je me retrouvais dans un pays culturellement complètement différent et dont je ne parlais pas la langue. J’étais donc assez heureuse d’y venir la première fois avec quelqu’un qui connaissait les us et coutumes de Bali.

Enfin, la façon dont les conducteurs de taxi et les commerçants agissent avec les touristes m’a donné un premier aperçu de Bali peu positif. A notre arrivée à l’aéroport, nous fûmes assaillis par des conducteurs de taxis parfois très insistants nous proposant de nous emmener à notre hôtel. Le refus courtois ne fonctionnant pas toujours, j’ai eu beaucoup de mal à accepter que je devais me montrer parfois ferme voir franchement très impolie quitte à donner une mauvaise image de la touriste que j’étais. Je me suis jamais vraiment habituée lors de ces deux semaines à être constamment sollicitée pour dépenser mon argent ni même à négocier chaque trajet ou nuit d’hôtel…. La plupart du temps je laissais donc faire mon compagnon.

Toutefois, passée cette première impression, j’ai été plus que ravie de rencontrer les balinais et de faire un brin de causette avec ceux qui parlaient anglais.

DSCN3263

^ Ecureuil attiré par des offrandes dans un restaurant ^

– Bali, c’est tranquille ? –

Je ne m’attendais pas en arrivant à Kuta le premier soir de notre voyage, voir autant de monde sur la route en scooter. Tout le monde se déplace ainsi à Bali, du môme de 13 ans à la famille – père, mère, et les enfants – qui s’entassent sur ce petit engin à deux roues le plus souvent sans casque. Encore une fois, je suis restée plutôt passive de ce côté-là, me laissant conduire en serrant bien les jambes et me crispant quand mon conducteur slalomait entre les voitures. J’ai cru y laisser un genou ou un doigt de pied plus d’une fois mais ça passait toujours ;) Malgré le nombre important de scooters et de taxis, tout se passe plutôt très bien. Les gens ne roulent pas très vite et klaxonnent tout le temps pour se signaler. Je pensais arriver dans un petit bled mignon et tranquille, j’ai été reçue ! Je n’ai pas eu de coup de coeur pour Kuta que j’ai trouvé trop touristique ; toutefois j’ai aimé ces percées de la culture balinaise que je captais ici et là comme ces petits paniers de fleurs déposés le plus souvent à même le sol avec un peu d’encens étant des offrandes aux dieux dans la religion bouddhiste. Je n’ai, à regret, pas visité de temple à Bali n’en ayant trouvé aucun sur mon chemin lors de ces deux semaines. J’ai apprécié toutefois ce jour où passant en scooter devant ce que je pensais un temple où était célébrée une cérémonie religieuse. En m’approchant, le propriétaire de ce qui était en fait une maison avec un temple privé m’a accueilli sur le pas de sa porte et a pris le temps de m’expliquer leur rituel. Ce fut court et je n’ai pas vu grand chose mais j’en savais déjà plus que 5 minutes plus tôt.

– Mauvais choix d’itinéraire-

Lorsque je visite un pays, j’aime découvrir sa culture et la religion qui y est pratiquée sans pour autant participer à des tours organisés ou en allant dans les lieux les plus touristiques. J’aime visiter un endroit différent tous les jours et en voir le plus possible. Or après un an de voyage, j’avais aussi envie de ne rien faire et juste profiter des derniers instants à l’autre bout du monde.  Donc lorsque nous sommes arrivés à Gili Meno au nord de Lombok, nous n’avons plus voulu en bouger pendant une semaine.

DSCN3087

DSCN3088

DSCN3133

DSCN3143

DSCN3173

DSCN3198

DSCN3200

DSCN3232

DSCN3251

DSCN3083

Ma première impression de Gili Meno a été comme celle de Bali en général, plutôt décevante. C’est une belle île laissée par endroit à l’abandon. Il y a des hôtels pour tous les budgets et les gouts et sont de prime abord toujours très bien entretenus. Or entre les hôtels, sur les plages ou dans le centre de l’ile les ordures ne sont pas toujours ramassées, la route est parfois endommagée et les pierres sont laissées là où elles sont tombées quitte à ce que ce soit sur la plage. Après plusieurs jours, je me suis habituée à cet état de fait et ai apprécié cette île pour ce qu’elle avait à offrir. Nous étions dans un hôtel charmant chouchoutés par les employés qui nous donnaient envie de rester quelques jours de plus.

Mon impression un peu déçue de Bali est donc due en grande partie aux choix d’itinéraire faits lors de ce séjour qui ne m’ont pas permis d’en explorer toutes les facettes.

– Infos pratiques –

Taxis : faites attention aux taxis que vous prenez. Si vous voulez être surs d’avoir un prix raisonnable, chercher les Blue birds. Ce sont ces taxis bleus avec l’oiseau tourné vers le conducteur sur le voyant lumineux des voitures. Si l’oiseau est tourné du coté passager, ce n’est pas un vrai Blue Birds.

Hotel à Kuta : nous étions au Flora Kuta. Un hôtel charmant avec petit-déjeuner inclus et piscine. Le petit déjeuner n’est pas dingue mais avec tous les restaurants qu’il y a à Kuta ne vous privez pas d’un bon repas typique à midi. Le personnel est charmant et toujours prêt à vous rendre service. Notre chambre était spacieuse avec un balcon et un immense lit de très bonne qualité.

Hotel à Gili Meno : Allez sans hésiter à l’hôtel Bareng Bareng. Il se situe à 5 minutes à pied de la plage et à 10 du « centre-ville » et du « port ». Nous avions un bungalow avec terrasse encore une fois, bon wifi illimité, clim et moustiquaire. Mais ce qui fait le plus de cet endroit est définitivement le personnel adorable et leur cuisine succulente.

transfert Lombok/Bali : Pour l’aller nous avons pris le bus jusqu’à Padang Bai puis le bateau/cargo jusqu’à Lombok. C’était long et fatiguant, donc pour le retour nous avons opté pour l’avion : « rapide » et pas très cher ! Il faut parfois s’armer de patience car les deux fois où j’ai pris l’avion à Bali, il y a eu du  retard et la deuxième fois mon bagage a été embarqué dans l’avion suivant. Tout est rentré dans l’ordre au bout de deux heures mais je suis du coup arriver à mon hôtel à Kuala Lumpur à 2h du matin !

Publicités

4 réflexions sur “Bali, un paradis ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s